Actualités COVID-19 modalités

jeudi 26 mars 2020

Chers maîtres de chiens guides,

Avant toute chose, toute l’équipe de l’ANM’ espère que vous et vos proches vous portez bien. L’association étant celle de tous les maîtres de chiens guides, il nous a semblé important que toutes et tous soient au même niveau d’informations concernant la situation actuelle.

En effet, un mail co-signé avec la FFAC a été envoyé vendredi au Secrétariat d’Etat en charge des Personnes handicapées, au Premier Ministre, et au Ministre de l’Intérieur. Celui-ci est parti avant l’annonce des mesures partagées lundi par le premier ministre. La Secrétaire d’Etat en charge des Personnes handicapées, madame Sophie Cluzel, a répondu à notre sollicitation hier. Vous retrouverez ci-dessous cet échange pour une transparence totale. Une réponse va être formulée, axée notamment sur le besoin des maîtres de sortir leur chien guide.

Si nous savons, tout comme vous, à quel point il est important de détendre son chien et de lui permettre de travailler, il est important aussi de vous rappeler une chose primordiale : pensez également à vous, à vos proches, aux personnes que vous pouvez croiser.

Cette crise sanitaire touche toute l’humanité. Chaque individu dans la société se retrouve avec des modalités de confinement qui ne lui conviennent pas ; notre devoir de citoyen est de minimiser la propagation du virus. A l’heure actuelle, il est possible, officiellement, de sortir 1h par jour. Notre demande, qui sera communiquée dès jeudi à madame Cluzel, va être axée sur le fait qu’1 heure par jour, c’est bien, même si nos chiens guides ont l’habitude de sortir bien plus que cela, mais qu’il il faudrait pouvoir compter sur une certaine souplesse des forces de l’ordre pour à minima permettre aux chiens guides de faire leurs besoins à l’extérieur deux fois par jour, de façon rapide, en plus de la sortie autorisée d’1h.

Le quotidien de chaque personne dans le monde se voit bouleversé ; nos chiens guides faisant partie intégrante de nos vies, le leur également. Ils nous accompagnent dans les bons et mauvais moments, nous sommes également présents pour eux lorsqu’un problème de santé ou autre les touche. Pour les forces de l’ordre et les pouvoirs publics, la priorité numéro 1 est la santé des personnes. S’il est probable qu’ils prennent notre problématique au sérieux, nous pouvons toutes et tous aisément admettre que le fait de sortir son chien guide tel qu’il en a l’habitude ne représente pas, par rapport à la gravité de la situation actuelle, une priorité absolue.

Respectons les modalités du confinement, en comptant tout de même sur une souplesse de la police concernant les besoins primaires de nos chiens guides. Il en va de la survie de milliers de personnes. Nous sommes toutes et tous dans la même situation : chacune et chacun a ses habitudes : sorties en forêt, longues promenades, etc. Pour le moment, et pour tout le monde, ces habitudes se transforment en concessions faites pour venir à bout d’un mal invisible : le coronavirus.

A propos du Covid 19, les chiens ne peuvent pas le transmettre aux humains. En revanche, si une personne infectée caresse votre chien, ou son propre chien qui lui-même viendra se frotter au vôtre, il est possible que des germes restent sur les poils. Ces derniers sont considérés comme une surface sur laquelle le virus peut survivre quelques heures. Soyons donc vigilants, sans pour autant nous alarmer plus que de raison.

Si vous avez des questions ou si vous désirez échanger, n’hésitez pas à composer le numéro de l’ANM’ Chiens Guides, 01 43 71 71 07. Nous sommes à la disposition de tous les maîtres de chiens guides du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Nous vous tiendrons au courant si une réponse ministérielle venait à arriver, bien entendu.

Merci à toutes et tous pour votre attention, bon courage dans cette épreuve, prenez soin de vous et de vos proches, et bonne lecture !

Mail envoyé par l’ANM’ le vendredi 20 mars :

Madame la Secrétaire d’Etat,
 
L’Association Nationale des Maîtres de Chiens Guides et la Fédération Française des Associations de Chiens guides souhaitent attirer votre attention sur la particularité des maîtres de chiens guides et d’assistance en cette période de confinement.
 
Nous sommes tout à fait conscients de son importance pour éviter la propagation du COVID-19. Nous sensibilisons l’ensemble de nos adhérents aux bonnes pratiques à respecter pour le bien tous.
 
Les règles actuelles permettent aux maîtres de pouvoir sortir leurs chiens afin qu’ils effectuent leurs besoins physiologiques. Les personnes en situation de handicap, accompagnées d’un chien guide ou d’assistance, seraient reconnaissantes envers le gouvernement de maintenir ces dispositions au cas où des mesures plus restrictives devaient être prises dans les jours à venir.
 
Egalement, le fait d’être dans l’obligation d’actualiser chaque jour l’attestation de déplacement dérogatoire peut poser une difficulté, pour des personnes en situation de handicap, en ce qui nous concerne, mal et non voyantes.
 
Ne serait-il pas possible de considérer cette attestation valable durant toute la période de confinement ?
 
Soyez assurée que l’ensemble de nos adhérents sont sensibilisés quant à leurs droits et devoirs de citoyens.
 
L’ANM’ Chiens Guides et la FFAC sont attachées aux valeurs de solidarité et du vivre ensemble, et vous remercient de la prise en compte des problématiques de cette population.
 
Nous vous prions d’agréer, Madame la Secrétaire d’Etat, nos salutations respectueuses.

Réponse reçue le mardi 24 mars :

Monsieur,
 
Je vous remercie de votre mail. Le gouvernement met tout en œuvre afin de permettre aux personnes et notamment celles en situation de handicap et leurs proches, de traverser cette crise sanitaire d’une extrême gravité.
 
A l’heure actuelle l’attestation de déplacement est journalière. Elle est en version accessible pour les personnes aveugles et malvoyante sur le lien suivant : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-derogatoire-et-justificatif-de-deplacement-professionnel
Conscient des difficultés que rencontrent les personnes malvoyantes ou aveugles pour remplir ce formulaire, le ministère de l’intérieur étudie actuellement, la possibilité de mettre en place un dispositif digital et mobile.
 
Vous le savez, le confinement est encore plus compliqué pour les personnes en situation de handicap. A l’heure où notre société se réorganise, soyez assuré que je veille à ce que les personnes en situation de handicap et leurs proches soient pleinement associées à cette nouvelle équation.
 
Bien à vous,
 
Sophie CLUZEL