Comment se comporter avec une équipe maître/chien guide

Avec un maître de chien guide

Le rôle du chien guide est de renforcer l’autonomie dans les déplacements de la personne déficiente visuelle.

Il est important de se rappeler que les chiens guides d’aveugles sont acceptés dans tous les lieux ouverts au public ainsi que dans les transports, en application de l’article 88 de la loi 87-588 modifié par la loi 2005-102 du 11 février 2005 et par l’ordonnance 2014-1090 du 26 septembre 2014.

Il n’est pas rare non plus d’en croiser en cabine d’avion ou à bord d’un bateau, là aussi, les chiens guides sont autorisés à être aux côtés de leurs maîtres.

Si vous rencontrez une équipe, les principes suivants sont à respecter :

  • Ne pas appeler, siffler ni caresser le chien. Lorsqu’il guide son maître, le chien doit effectuer un gros effort de concentration. Les appels, sifflements ou caresses risquent de le perturber et mettre ainsi son maître en difficulté.
  • Ne pas lui donner à manger.
  • Ne toucher ni à la laisse, ni au harnais.
  • Ne pas lancer au chien de la nourriture.

Si vous avez à parler à une équipe, adressez-vous à la personne en premier. Elle stoppera son chien, vous répondra et vous permettra, ou non, de caresser son chien ou de le féliciter.

Si une équipe a besoin d’aide, la personne vous le fera savoir en s’adressant à la cantonade.

Pour donner une information d’orientation, soyez le plus précis possible en utilisant le principe simple du cadran d’une montre. Ainsi imaginez une montre placée devant vous, 3 heures signifie à droite de la personne, par contre 2 heures donnera toujours une indication sur la droite mais avec un angle différent, de même pour 1 heure. Chaque heure devient ainsi un axe de déplacement. Par exemple dans un hall de bâtiment, vous pourrez indiquer que le bureau d’information se trouve à 3 heures, le couloir est à 10 heures etc. Si le maître est bien renseigné, il saura donner les bons ordres à son chien.
Rappelez-vous qu’en principe le maître et le chien ne confondent pas leur droite et leur gauche et que si vous êtes en face d’eux les directions sont inversées.

Vous pouvez être amenés à guider un maître de chien guide. Dans ce cas, offrez-lui votre bras, le chien sera alors uniquement tenu en laisse et ne guidera pas.

Dans le cas où vous accompagnez une équipe maître/chien guide, il est préférable que vous vous placiez du côté opposé au chien, un peu en retrait.

N’essayez pas d’interférer dans le travail du chien en lui donnant des ordres, il connaît son métier, et seul le maître est habilité à lui donner ces ordres.

Le chien a besoin d’ordres précis pour accomplir sa mission, veillez donc à détailler toutes les indications que vous pourriez donner, et au besoin, offrez votre bras au maître.

Si vous promenez votre chien de compagnie et que vous apercevez une équipe maître / chien guide, contrôlez votre chien afin qu’il n’aille pas déranger le chien guide dans son travail.
Ces chiens sont sociables et sympathiques et, dans le cadre de leur éducation, ils ont appris à ne pas s’occuper de leurs congénères, mais l’instinct revient facilement, surtout pour une invitation au jeu !
Si vous souhaitez communiquer avec l’équipe, faites en part au maître et éviter de prendre votre chien dans les bras (s’il est petit bien sûr) car cela pourrait éventuellement provoquer chez lui de l’agressivité et pourrait poser des problèmes une fois au sol.
Si le lieu s’y prête, et que les conditions sont favorables, les chiens peuvent jouer sans difficulté. Les chiens guides sont, lors de leur
éducation, habitués
à côtoyer quotidiennement leurs congénères et connaissent donc bien
les signaux de communication canine.

Avec un déficient visuel

Il s’agit ici de vous éclairer quant à la spécificité que représente la déficience visuelle.

Ce sont là des généralités. Quand vous souhaitez proposer de l’aide à une personne déficiente visuelle, demandez si la personne en a besoin et ne vous sentez pas frustré si elle refuse.

La personne déficiente visuelle entend, comprend et parle comme tout le monde. Même s’il lui arrive d’être accompagnée, n’hésitez pas à vous adresser directement à elle.
Pour l’aider, parlez-lui d’abord afin de ne pas la surprendre, et, comme elle ne vous connaît pas ou ne vous reconnaît pas toujours, présentez-vous.

Si elle cherche une entrée, une direction, un passage piéton etc., vous pouvez offrir de l’accompagner. Pousser la personne ou la tirer par la manche sont des gestes à bannir car fort déplaisants.
Placez-vous près d’elle et proposez votre coude, elle le prendra et se trouvera légèrement en retrait par rapport à vous.
Elle suivra ainsi les mouvements de votre corps mais il est bon de dire si la « marche » monte ou descend ou s’il s’agit d’un escalier. Dans ce cas, vous pouvez indiquer la main courante en y plaçant sa main. Abordez les escaliers ou les trottoirs de face en marquant un léger arrêt ou une pression du coude.
Si le passage est étroit (échafaudage, tas de sable, etc.), mettez votre bras dans le dos afin que la personne passe derrière vous.

Si vous décrivez un trajet, assurez-vous, d’une pression au bras ou à l’épaule (ou en désignant verbalement la personne déficiente visuelle) qu’elle sait que vous vous adressez à elle car elle ne peut pas capter votre regard. Ne modifiez pas votre manière de parler pour éviter certains mots comme « aveugle » ou « voir » qui ne la choquent pas, mais n’utilisez pas les mots comme : là, ici, là-bas, par-là, tout droit, ainsi que les signes de tête ou les gestes démonstratifs

Pour le bus, le métro ou le train, placez sa main sur la barre de montée, indiquez-lui si le couloir est à droite ou à gauche et montrez-lui le dossier d’un siège vide ou la barre de maintien.
Ne l’installez pas d’office sur une place réservée aux personnes handicapées car si elle n’a pas bon œil elle a peut-être bon pied.

En voiture, placez sa main sur la poignée ou le sommet de la portière, elle trouvera seule le siège ainsi que la ceinture.

Dans une pièce, il convient de ne pas laisser les portes et fenêtres entrebâillées et de signaler votre présence et surtout votre sortie car il est désagréable de parler dans le « vide ».

À table, il est bon de faire part du menu et signaler les verres à pied ainsi que les bouteille surtout si elles sont débouchées.

Si vous devez rendre la monnaie, faites-le directement dans sa main en énumérant la valeur des pièces et des billets.

Dans les salles d’attente ou les files d’attente, l’affichage de numéros de passage est inaccessible pour une personne déficiente visuelle. Laissez la passer, non parce qu’elle refuse de faire la queue mais afin qu’elle se signale.